29/04/2012

POLICIER MIS EN EXAMEN : RETOUR SUR UN DRAME

je reviens aujourd'hui sur ce drame que vis ce fonctionnaire de police mis en examen aujourd'hui pour avoir tuer une personne dans l'exercice de ces fonctions.

Cette affaire a déclencher immédaitement une réaction de la part de Mr Sarkozy qui a repris une proposition de Mme Le Pen , à savoir la présomption de légitime défense. 

Je ne rentrerais pas dans ce débat, un policier doit être armé evidement mais il doit surtout avoir les moyens d'agir.

Je rappelle également ce  homme est à ce jour présumé innocent.

Mr Sarkozy comme d'habitude, réagit....et suite à cette affaire reprend une proposition de Mme Le Pen alors que trois mois auparavant Mr Guéant s'était opposé à celle-ci.

Cela démontre bien le manque de cap, le manque de logique politique à long terme de Mr Sakozy...mais passons.

Qu'est ce qui a pu amener à une telle situation ?

Au cours d'une émission télé-diffusée hier soir sur la 5 à 19h30 animée par Paul Amard, on apprend que l'homme tué a été interpellé au cours d'un banal controle d'identité.

Et là ça me pose problème ! Car cet homme était recherché depuis plus de 18 mois !
En liberté conditionnelle il n'avait pas rempli ces obligations de pointage depuis plus de 18 mois.

Question simple : Comment se fait il que tous les policiers de France n'aient pas été informés de cette situation ?
Pouvaient il l'être ?
Est ce que les juges et les policiers ont les moyens necessaires pour s'occuper d'un dossier qui à priori n'est pas prioritaire par rapport à un dossier qui fera juger des violeurs ou des assassins ?

La réponse est NON !
Tout simplement parce que depuis 5 ans police, gendarmerie et justice ont subi la RGPP et la diminution de moyens et d'effectifs.
Certains gendarmes même en arrivent même à ne plus utiliser de véhicule motorisé tant les budgets sont serrés c'est vous dire (passons)

Ce drame est donc la conséquence de la politique menée par Sarkozy qui ne donne pas les moyens necessaires en homme et en moyens à la police et à la justice.


 Accorder un droit supplémentaire aux policiers ne changera rien si les policiers, comme les gendarmes et l'ensemble des corps constituant la justice n'ont pas les moyens d'agir, d'agir vite et de collaborer.
Dans cette affaire, cet homme aurait du être interpellé il y a longtemps, chez lui ...ou à un domicile définit suite à une mise sur écoute.

Le fait que son identité ait été controlée comme un citoyen lambda démontre le manque de moyens